top of page
Culture-Saidia.jpg

LE PATRIMOINE CULTUREL

MUSIQUES ET DANSES

Musique et danses de l'Oriental, des traits marquants dans la personnalité de la Région.

Les plats de fête accompagnent des événements festifs où musiques et danses égaient l’assistance. Plus que la cuisine, cet aspect du patrimoine immatériel est encore plus spécifiques à la personnalité de la Région.

maxresdefault-1.jpg
L'Aalaoui : danse des guerriers

L’Aalaoui, avec ses variantes nhari (de Oulad Nhar, groupe humain des Hauts Plateaux) et mengouchi (des Beni Mengouch des Béni Znassen) sont les musiques et les danses par lesquelles est identifié tout l’Oriental Marocain. C’est une musique très rythmée où la danse peut être collective et maitrisée par les aarfa ou chioukh, musiciens au nombre de trois le plus souvent, jouant d’une sorte de double flûte- zamar, en osier ou en roseau se  terminant par deux cornes de bœuf ,et une percussion avec bendir-tambourin. Cette danse est l’exemple même de la danse guerrière qu’exécutent les hommes pour exprimer leur bravoure et leur virilité.

Le Sahraoui

Un autre type de musique prisé dans certaines campagnes mais aussi à la ville est le champ des qasîda (poème épique ou récit chantant des valeurs de sagesse universelle) que l’on trouve dans tout cet espace algéro-marocain et que l’on désigne sous le nom de sahraoui, dont le plus célèbre est celui de Laghouat. Il est exécuté par deux musiciens et un chanteur avec une flûte-gasba et  un gallal pour la percussion (sorte de longue derbouka en poterie et peau tendue).


66888520.jpg
orchestre_oujda2.jpg
Le Gharnati

La musique citadine par excellence est la musique gharnati ou musique andalouse, qui comme son nom l’indique est arrivée au Maghreb en général et dans certaines de ses villes (Tétouan, Rabat, et Oujda au Maroc) qui ont connu cette diaspora musulmane du xvi-xvii ème siècle, venue d’Andalousie et de Grenade plus particulièrement. Cette musique s’est perpétuée à Oujda grâce à des associations, comme Al Maouçiliya, qui ont encadré les jeunes depuis les années 1920 et qui ont même joué un rôle dans le développement du mouvement nationaliste face à la colonisation, tout en permettant de sauvegarder un patrimoine en le transmettant aux jeunes générations. Nous en donnons, ci-après, une excellente définition et une très bonne présentation par le professeur A. Benabdeljalil, parue dans la Grande Encyclopédie du Maroc.

bottom of page