Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Découvrez tous les sites de la Région de l’Oriental

Actualités

De nouvelles promesses pour le théâtre

10/10/2013 | Année 2013

À ce propos, Messaoud Bouhcine, président du syndicat des professionnels de théâtre, estime que ces subventions étatiques même si elles restent insuffisantes et limitées, sont de bon augure pour la refonte du quatrième art national, parent pauvre de la culture au Maroc. Un secteur qui s’enlise de plus en plus dans le sable mouvant de la crise. Dans ce contexte hanté par de nombreuses zones de conflits, de confusions, de malentendus, et de mille et une revendications des professionnels, les nouvelles dispositions mises en exergue cette année, tendent à bousculer les certitudes et départager les bonnes pratiques des usages erronés. C’est ce que constate également Messaoud Bouhcine, pour qui il existe une forte volonté actuellement pour la remise à niveau de ce secteur vital à plus d’un titre dans le paysage culturel et artistique du pays. «Nous avons proposé des dispositions concrètes qui seront mises en œuvres à partir de cette année théâtrale.

Il s’agit d’un programme de diffusion des pièces de théâtre et d’animation des espaces culturels avec le concours du ministère de la Culture. Et cela s’inscrit également dans le grand projet du Maroc culturel. À cela, s’ajoute la mise en place des moyens financiers et logistiques notamment à l’Institut supérieur des arts dramatiques et d’animation culturelle (ISADAC) de Rabat pour favoriser l’éclosion d’une nouvelle génération de créateurs et combler le vide que connaît le Maroc au niveau de l’éducation artistique qui handicape la pratique théâtrale au Maroc», explique-t-il.

Face à la crise que connaît le théâtre dans notre pays, la conception d’un nouveau cycle ne peut être concrétisée que si les décideurs conçoivent le secteur comme un domaine global qui engage l’ensemble des acteurs gouvernementaux et de la société civile et pas uniquement le ministère de la Culture. À côté de tout cela, il existe de nombreuses lacunes juridiques et administratives auxquelles se heurte encore le quatrième art national. «Cela affecte la vitalité de cette activité centrale de la vie artistique. Je citerai l’exemple du système de la mutuelle qui nécessite une véritable dynamisation surtout au niveau des prélèvements sur les contrats des artistes», conclut M. Bouhcine. Malgré ce flou qui plane au-dessus du ciel du quatrième art national, Messaoud Bouhcine reste très optimiste quant aux différentes dispositions mises en œuvre pour cette année théâtrale.

Source: Le Matin