Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Découvrez tous les sites de la Région de l’Oriental

Actualités

Activité phoenicicole: Le Royaume du Maroc tient le 3e rang à l’échelle du Maghreb et la 7e place à l’échelle mondiale.

18/07/2016 | Année 2016

Au Maroc, La production de dattes s’élève à plus de 100.000 tonnes. Quant à la consommation, elle s’élève à 3 kg/habitant, contre 15 kg/habitant au niveau des zones de production. Le patrimoine phoenicicole est concentré au niveau de trois régions principales: Ouarzazate (41%), Tafilalet (28%) et Tata (20%). Les régions d’Ouarzazate et d’Errachidia contribuent à elles seules à hauteur d’environ 90% de la production nationale de dattes.

L’aire géographique du palmier dattier au Maroc s’étale sur 13 provinces situées au Sud-est du Maroc: Figuig, Errachidia, Tinghir, Ouarzazate, Zagora, Tata et Guelmim. Ces provinces représentent près de 98% du patrimoine phœnicicole national.

L’activité phœnicicole participe de 40 à 60% à la formation du revenu agricole pour plus de 1,4 million d’habitants. Et contribue ainsi à la création de 1,6 million de journées de travail, soit l’équivalent de 6.400 travailleurs permanents, à raison de 250 journées par an. Néanmoins, la filière fait tout de même face à un certain nombre de défis tels que: un déficit de production de vitroplants et un mix variétal non adapté aux besoins des investisseurs. Ceci implique un ralentissement de l’investissement de la filière notamment dans le cadre des projets de Partenariat Public-Privé (PPP).

Le Maroc importe 30% de ses besoins en dattes et l’approvisionnement du marché local par la production nationale devrait constituer une priorité dans le but de couvrir la demande nationale notamment durant la période de Ramadan. En effet, le déficit en capacités frigorifiques limite le calendrier et le potentiel de commercialisation des producteurs.

Promouvoir et développer le secteur phoenicicole
Dans le but de promouvoir et développer le secteur phoenicicole, l’Etat a entrepris diverses actions qui visent à renforcer les structures de recherche, d’encadrement et d’inciter les agriculteurs à la restauration de leurs palmeraies via une réorganisation professionnelle de la filière à différents niveaux de production, d’interprofession et de valorisation des dattes. L’instauration en 2007 de la loi 01-06 relative au développement durable des palmeraies et à la protection du palmier dattier; Et enfin, la création, en novembre 2009, de l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA).

Un contrat programme pour le développement de la filière phoenicicole
Un contrat programme pour le développement de la filière phoénicicole a été signé en 2010 entre le Gouvernement et l’Interprofession (FIMADATTES). Ce contrat programme vise la réhabilitation et la reconstitution des palmeraies existantes sur une superficie globale de 48.000 ha et l’extension des plantations à l’extérieur des palmeraies, sur une superficie de 17.000 ha. L’objectif étant d’atteindre une production de 160.000 tonnes à l’horizon 2020.

Le contrat programme vise aussi à renforcer les disponibilités nationales de vitroplants en portant la capacité annuelle moyenne de production à 300.000 plants entre 2010 et 2020 (contre 60.000 plants/an lors du quinquennat 2005-2009). Ce contrat programme a également pour objectif le développement des exportations des dattes de qualité supérieure dans le but d’atteindre 5.000 tonnes en 2020. Mais aussi, la valorisation d’un tonnage global de 110.000 tonnes, soit près de 70% de la production attendue à l’horizon 2020, dont 70.000 tonnes en dattes fraiches conditionnées, 20.000 tonnes en produits transformés et 20.000 tonnes en aliments de bétail.

Suite à la mise en oeuvre du Plan Maroc Vert, la production de dattes a atteint 108.000 tonnes en 2013, soit +15% par rapport à l’année 2010, date du début du contrat programme.